23/02/2024

La stabilité sur la durée reste un atout important pour Nestlé

23/02/2024

La stabilité sur la durée reste un atout important pour Nestlé

22/02/2024

L’économie américaine se porte bien

22/02/2024

L’économie américaine se porte bien

22/02/2024

Diminution des attentes en matière de réduction des taux


Faut-il laisser l'OMS contrôler notre santé ?


19 février 2024 Le Verdaine - rue Verdaine 9
18h30 1204 Genève
GENEVE CH

Jean-Philippe de Tolédo, Président de la Pharmacie Principale SA, pharmacien de son état, s'inquiète, au même titre que beaucoup de ses collègues scientifiques des discussions et autres traités qui pourraient aboutir en 2024 sur la main-mise de l'OMS sur la santé mondiale. Il tire la sonnette d'alarme et tente d'alerter les politiques suisses sur le "danger" contre les libertés individuelles que cela pourrait représenter. Il tire la sonnette d'alarme ! Discussion sur les conséquences et les coûts !

Les modifications majeures :
• Les modifications de l'article 3 "Principes" remplaceraient les termes "respect de la dignité des personnes, des droits de l'homme et des libertés fondamentales" par les termes "d'équité, d'inclusivité, de cohérence et de solidarité", ou ajouteraient ces derniers.
• L'OMS jouerait un rôle central de direction et de coordination en tant que "cheffe de file de la coordination multilatérale dans la gouvernance mondiale de la santé", les États étant "tenus" de mettre en oeuvre les mesures déclarées appropriées, devenant ainsi juridiquement contraignantes.
• Le Directeur général de l'OMS, après consultation d'un comité d'urgence, aurait la compétence de décréter seul et sans possibilité d'opposition la survenance potentielle ou actuelle d'une crise sanitaire de portée internationale (PHEIC).
• Les États membres reconnaîtraient l'OMS durant une telle situation de crise comme l'autorité de gouvernance et de coordination pour les mesures de prévention et de riposte et s'obligeraient à suivre ses prescriptions; les mesures ordonnées seraient mises en oeuvre sans délai et imposées par les États membres à tous les acteurs non étatiques.

Les craintes de notre conférencier si les nouvelles règles de fonctionnement de l'OMS sont adoptées en mai 2024 :

- Le DG de l'OMS pourra déclarer une menace pour la santé dans le monde et décréter des mesures pour y faire face. Ces mesures seront contraignantes pour les états membres de l'OMS qui devront les appliquer

- Étonnamment, la loi fédérale sur les épidémies reprend en grande partie ces nouvelles règles

- Le Conseil Fédéral semble donc avoir déjà choisi de se soumettre aux décisions de l'OMS et les mettre en pratique

- Ces décisions concernent les thérapies et substances autorisées et interdites, qui seront imposées par l'OMS et pour lesquelles l'OMS, ayant une immunité totale, ne pourra pas être attaquée en cas d'effets indésirables graves

- L'éventuel excédent de coûts de ces thérapies et substances seront pris en charge par les pays membres (comme cela a été le cas pour les vaccins anti-covid) ce qui pourrait conduire à une explosion des coûts

- Les départements de la santé cantonaux devront suivre ces directives impératives

- Les hôpitaux, cliniques et médecins devront prescrire à la population les thérapies et substances imposées par l'OMS et s'interdire toute approche personnalisée non autorisée par l'OMS

- Enfin la population devra se soumettre à ces thérapies, absorber les substances décidées par l'OMS et le prouver par la mise à jour de leur pass sanitaire

- Les personnes refusant de se soumettre seront considérées comme malades et ne pourront pas se déplacer librement

En plus de la perte de souveraineté de la Suisse, la perte de contrôle de notre santé, de notre corps et de nos liberté individuelles, c'est tout le système de soins qui passe sous le contrôle de l'OMS. Nous n'aurons plus notre mots à dire... Le département de la santé deviendra le département de la police sanitaire comme pendant le covid.

C'est la fin de nos rêves de système de santé meilleur et préventif. Ce n'est rien d'autre que la mise en place d'un totalitarisme sanitaire qui menace la santé de la population suisse, avec une grande probabilité d'explosion des coûts!

Je pense que nous devons absolument réagir contre cela.

Jean-Philippe de Tolédo




Programme et détails

18h00 : accueil et apéro-contacts

18h45 : conférence-débat et partages

19h45 : les Pitchs

  • Lucie Revil, Artiste métallière Filae Luna
    Niels Rodin, Consultant et stratège en produits alimentaires
  • Coco Tache, journaliste éthique & connectrice, Biovortex-Un Purificateur d’eau

          20h00 : repas facultatif, sur inscription (entrée, plat, dessert, un verre de vin, café)


          Les pitchs


          Ces évènements pourraient vous intéresser